Libre Propos pour la revue Confrontations-Europe n° 124

 

D’AUTRES OPTIONS DOIVENT ETRE ENVISAGEES

 

Le mouvement des gilets jaunes a fait surgir des réalités sociales que les dirigeants du pays ne voyaient pas et une exigence populaire de participation. Emmanuel Macron a reconnu que la révolte était juste et le débat national qui s’engage s’annonce ouvert… mais le président ne veut pas revenir sur certaines mesures ni changer le cap de son programme. Pourtant le débat devrait aboutir à des corrections et ouvrir d’autres options.

On ne peut pas durablement défendre le pouvoir d’achat et atténuer les inégalités par la dépense sociale dans un pays qui ne crée pas assez d’emplois et de ressources disponibles. L’examen critique de la politique économique doit donc s’inviter dans le débat. Les réformes pour libéraliser le marché du travail et faciliter l’accès à la formation professionnelle et continue sont justifiées mais leurs impacts seront limités par les énormes carences de l’offre de formation. La faiblesse des investissements publics, humains et productifs et de la compétitivité de la France sont des handicaps qu’un pouvoir central prenant appui sur une hyper-administration ne pourra pas lever. Il est crucial de donner pouvoir aux collectivités et aux acteurs territoriaux pour mobiliser les porteurs de projets.

La fiscalité est dans le débat mais cette question est indissociable d’une autre, populaire, « où va l’argent ? ». Le président a préféré miser sur l’entrée des capitaux extérieurs et la confiance des plus fortunés pour financer l’économie française. Il justifie ainsi la suppression de l’impôt sur la fortune, il faudrait au contraire rendre cet impôt incitatif. D’autre part, une compression massive des dépenses administratives improductives permettrait une réallocation des ressources budgétaires, et l’abondante épargne des Français devrait être orientée vers des investissements de long terme dont les coûts et les risques seraient réduits par la mutualisation des ressources. Il est grand temps de faire rentrer la finance en société.

La question démocratique est irrépressible, il faut s’attaquer au clivage profond qui s’est creusé entre les « élites » et le « peuple ». La légitimité électorale du pouvoir est réelle mais sa représentativité sociale est faible. La suppression du monopole de l’ENA pour l’accès aux fonctions publiques dirigeantes est donc une revendication juste. L’expérimentation d’un référendum d’initiative citoyenne sera utile si elle ne s’inscrit pas dans l’exercice d’une démocratie directe conçue comme un contre-pouvoir. Co-construire implique de s’attaquer à l’élitisme républicain dès l’école, susciter une rotation des rôles dirigeants, assurer l’accès de la société civile aux institutions, créer un espace public de communication…

Le rapport de la France à l’Europe ne saurait être absent du débat national et renvoyé aux joutes électorales à suivre. Emmanuel Macron a raison de prôner une « souveraineté européenne » mais nos Etats nations, français et allemand inclus, cultivent la souveraineté nationale. Ils sont rivaux et non coopératifs sur un marché dominé par les puissances financières. Dans ces conditions, la plupart des mouvements populaires, en France comme ailleurs, se replient sur la nation. Posons-nous la question : quelles politiques communes voulons-nous partager ? Pour créer un désir d’Europe, une volonté d’appartenance, celles-ci devront pouvoir toucher directement les gens dans leur vie

quotidienne. Des priorités absolues sont aujourd’hui négligées alors qu’elles toucheraient directement les gens dans leur vie quotidienne : l’accès à un marché européen du travail et de la formation, une éducation européenne, la rénovation de l’habitat et des transports, une division intracommunautaire du travail... Il faut impérativement faire appel aux acteurs de terrain pour qu’ils créent eux-mêmes les solidarités humaines, productives et écologiques qui dynamiseront l’Union. Ils devront pouvoir multiplier les projets en coopérations transfrontières qui créeront une cohésion interterritoriale.

L’Union devra aussi se doter d’attributs de puissance publique pour être capable d’initier un nouveau régime de croissance en Europe et de devenir un véritable acteur géopolitique : un budget européen, une Union de financement, une stratégie de compétitivité industrielle. Ceci n’est possible que si on entreprend une grande transformation du capitalisme en Europe, car les inégalités de puissance entre les Etats européens, entre le capital et le travail, sont sources de déséquilibres fondamentaux. Des luttes sociales convergentes doivent s’emparer de ces défis. Elles doivent aussi ouvrir les portes de l’immigration dans une perspective hardie de co-développement.

Depuis le traité de Maastricht, les campagnes pour les élections européennes ont été conduites en sur-jouant un choix entre « pour ou contre l’Europe », alors que nous aspirons tous à l’Europe autrement. Sur le continent tous les peuples européens veulent massivement rester dans l’Union mais tous sont insatisfaits de sa politique. Pour la première fois essayons d’avoir un débat sur les mandats que nous voulons voir assumer demain par les dirigeants des institutions communautaires. Françaises, Français, encore un effort pour devenir Européens !

 

14 janvier 2019

Paul Boccara est décédé dimanche. Sa disparition me touche profondément, nous avons été amis et complices pendant plus de vingt-cinq ans. Paul était un génie qui a produit une régénération remarquable de la pensée marxiste, en prise sur les réalités de la fin du XXème siècle et du début du XXIème. Il a saisi la structure du capitalisme monopoliste d’Etat qui s’était formée dans les trois décennies d’après-guerre, anticipé sa crise, et exploré dès ses débuts les ressorts de la mutation technologique et de l’économie globalisée. Dans une perspective révolutionnaire graduelle, démocratique et pacifique, il a formulé alors de nouveaux critères d’efficacité sociale pour les gestions des entreprises et leurs financements, souhaitant que les salariés se donnent, par la formation et l’action, la capacité et la volonté d’intervenir et de participer à ces gestions.

Libre Propos, Confrontations Europe la revue, n°118

22 juin 2017

La victoire d’Emmanuel Macron marque la fin d’un cycle de la représentation politique. Les Français ont renvoyé aux vestiaires les partis qui ont occupé en alternance le sommet de l’Etat, et donné sa chance au nouveau Président qui a préparé de longue date et avec beaucoup d’intelligence son entrée en scène. Pour autant la crise politique demeure bien visible : un grand nombre de Français ont exprimé un rejet radical du « système », un euroscepticisme profond ; et une abstention de grande ampleur souligne le peu d’intérêt porté à l’Assemblée Nationale.

 

Martin Luther, un destin,  de Lucien Febvre (PUF, 2008)

 

Réformez ! Par le dialogue et la confiance. Témoignage d'un dirigeant, de Jean-Paul Bailly (Descartes et Cie, 2016)

 

Croire en l'histoire, de François Hartog (Flammarion, 2016)

Apocalypse du politique, de Vincent Delecroix (DDB, 2016)

 

Pour une nouvelle civilisation, de Paul Boccara (Editions du Croquant, 2016)

Une réflexion fondamentale sur la crise de notre civilisation occidentale, et la perspective d'une civilisation mondiale.

 

Boccara

 

Faire renaissance : une éthique publique pour demain, de Monique Castillo (Vrin, 2016)

Un essai remarquable où l'auteur met en lumière les carences de nos politiques, alors que nos sociétés ont besoin d'un renouvellement de l'éthique publique, et en esquisse les contours.

castillo

 

 

 

Politics and the sacred, d'Harald Wydra (Cambridge University Press, 2015)

wydra

  

- Interview pour Le Soir, le 27 octobre 2018 : Philippe Herzog, ancien cadre du PCF: «L’extrême gauche porte la parole des gens qui souffrent»

 

- Interview sur Kernews le 11 octobre 2018 : En France, la social-démocratie n'a jamais réussi à exister

 

Émission du 6 octobre 2018 : Du PCF à l’UE, les mémoires de Philippe Herzog 

Radio Notre Dame - Planisphère, animé par Hugo Billard

 

Philippe Herzog, grand invité de la Matinale, raconte l'Europe sur RCF le 2 octobre 2018

 

Entretiens Enseignants Entreprises 2016 - Philippe Herzog : L'identité de l'Europe. Vers une refondation

 

Avec Philippe Herzog, conseiller sécial du Commissaire ...

medias.cnam.fr/avec-philippe-herzog-conseiller-spe...
 
 
Cycle / Forum Europe. Avec Philippe Herzog, conseiller spécial du Commissaire européen Michel Barnier. Alors ...
 

Philippe Herzog sur i-TELE. Décryptage - Union bancaire ...

https://www.youtube.com/watch?v=v-j_nJDxfYg
2 janv. 2014 - Ajouté par ConfrontationsEurope
Philippe Herzog lors de l'émission "Le grand Décryptage" sur i-TELE sur "Union bancaire : l'Europe en ...
 

Audition de Philippe Herzog (Confrontations Europe) - Cese

www.lecese.fr/.../audition-de-philippe-herzog-confr...
 
6 mars 2014
Audition de M. Philippe HERZOG, Président fondateur de Confrontations Europe, par la Section des affaires ...
 

Philippe Herzog, ancien député européen, Président ...

www.courleuxsansfrontieres.com/Philippe-Herzog-a...
 
10 avr. 2012
Philippe Herzog, ancien député européen, Président Fondateur de l'association Confrontations Europe ...
 

Philippe Herzog sur I-TELE. Décryptage - Union bancaire ...

https://www.youtube.com/watch?v=iQ6Fhb_mkOQ
2 janv. 2014 - Ajouté par ConfrontationsEurope
Philippe Herzog lors de l'émission "Le grand Décryptage" sur i-TELE sur "Union bancaire : l'Europe en ...
 

Philippe Herzog, Xerfi Canal Dépasser l'Europe de l ...

https://www.youtube.com/watch?v=nGftiUNDRuU
21 janv. 2014 - Ajouté par XerfiGroupe
Voir la vidéo sur le site Xerfi Canal : http://www.xerficanal.com/emission/Ph... Elle est bien pâle, la construction ...
 

Avec Philippe Herzog, conseiller spécial du Commissaire ...

www.cnam.fr/avec-philippe-herzog-conseiller-special-...
 
Cycle / Forum Europe. Avec Philippe Herzog, conseiller spécial du Commissaire européen Michel Barnier. Alors ...
 

Intervention de Philippe Herzog - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=B4kj6SfBV_0
14 mai 2014 - Ajouté par Association Jean Monnet
Intervention de Philippe Herzog au cours de la table-ronde qui s'est tenue le 14 mars dernier et durant ...
 

Intervention de Philippe Herzog, 2ème partie et conclusion ...

https://www.youtube.com/watch?v=zHJvMuBitlU
14 mai 2014 - Ajouté par Association Jean Monnet
Intervention de Philippe Herzog au cours de la table-ronde qui s'est tenue le 14 mars dernier et durant ...
 

Futuribles International - Table ronde Philippe Herzog ...

https://www.youtube.com/watch?v=2xuvQJAT_h8
12 déc. 2013 - Ajouté par Aude Houguenague
En préambule à la table ronde Futuribles International du 20 novembre 2013, Philippe Herzog répond aux ...

Avec Philippe Herzog, conseiller spécial du Commissaire ...

medias.cnam.fr/avec-philippe-herzog-conseiller-spe...
 
 
Cycle / Forum Europe. Avec Philippe Herzog, conseiller spécial du Commissaire européen Michel Barnier. Alors ...
 

Philippe Herzog sur i-TELE. Décryptage - Union bancaire ...

https://www.youtube.com/watch?v=v-j_nJDxfYg
2 janv. 2014 - Ajouté par ConfrontationsEurope
Philippe Herzog lors de l'émission "Le grand Décryptage" sur i-TELE sur "Union bancaire : l'Europe en ...
 

Audition de Philippe Herzog (Confrontations Europe) - Cese

www.lecese.fr/.../audition-de-philippe-herzog-confr...
 
6 mars 2014
Audition de M. Philippe HERZOG, Président fondateur de Confrontations Europe, par la Section des affaires ...
 

Philippe Herzog, ancien député européen, Président ...

www.courleuxsansfrontieres.com/Philippe-Herzog-a...
 
10 avr. 2012
Philippe Herzog, ancien député européen, Président Fondateur de l'association Confrontations Europe ...
 

Philippe Herzog sur I-TELE. Décryptage - Union bancaire ...

https://www.youtube.com/watch?v=iQ6Fhb_mkOQ
2 janv. 2014 - Ajouté par ConfrontationsEurope
Philippe Herzog lors de l'émission "Le grand Décryptage" sur i-TELE sur "Union bancaire : l'Europe en ...
 

Philippe Herzog, Xerfi Canal Dépasser l'Europe de l ...

https://www.youtube.com/watch?v=nGftiUNDRuU
21 janv. 2014 - Ajouté par XerfiGroupe
Voir la vidéo sur le site Xerfi Canal : http://www.xerficanal.com/emission/Ph... Elle est bien pâle, la construction ...
 

Avec Philippe Herzog, conseiller spécial du Commissaire ...

www.cnam.fr/avec-philippe-herzog-conseiller-special-...
 
Cycle / Forum Europe. Avec Philippe Herzog, conseiller spécial du Commissaire européen Michel Barnier. Alors ...
 

Intervention de Philippe Herzog - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=B4kj6SfBV_0
14 mai 2014 - Ajouté par Association Jean Monnet
Intervention de Philippe Herzog au cours de la table-ronde qui s'est tenue le 14 mars dernier et durant ...
 

Intervention de Philippe Herzog, 2ème partie et conclusion ...

https://www.youtube.com/watch?v=zHJvMuBitlU
14 mai 2014 - Ajouté par Association Jean Monnet
Intervention de Philippe Herzog au cours de la table-ronde qui s'est tenue le 14 mars dernier et durant ...
 

Futuribles International - Table ronde Philippe Herzog ...

https://www.youtube.com/watch?v=2xuvQJAT_h8
12 déc. 2013 - Ajouté par Aude Houguenague
En préambule à la table ronde Futuribles International du 20 novembre 2013, Philippe Herzog répond aux ...

Philippe Herzog est économiste et homme politique.

Né en 1940 à Bruay-en-Artois (Pas de Calais), il fait ses études secondaires au Lycée Henri Poincaré à Nancy et ses classes préparatoires aux grandes écoles aux Lycée Saint-Louis à Paris. Il est élève de l’école Polytechnique (promotion 1959), de l’ENSAE (1962-64), docteur en sciences économiques (1966) et agrégé des Universités (1968).

Il débute sa vie professionnelle en 1964 comme administrateur à l’INSEE (1964). Il est rédacteur en chef des comptes de la nation en 1966 et chargé des budgets économiques auprès de Michel Rocard au ministère des Finances. Il crée avec son collègue Gaston Olive le premier modèle français de prévision économique (Zogol). Son premier livre, "Prévisions économiques et comptabilité nationale" (PUF, 1968) retrace cette période de recherche et d’innovation dans le contexte de la planification française.

Il devient professeur d’Université en janvier 1969, et enseigne à Clermont-Ferrand, Vincennes et Amiens ; puis à Paris-X Nanterre de 1973 à 2003. Il adhère au PCF où il est élu au Comité central (1972) puis au Bureau politique (1979). Il dirige la section économique du PCF de 1979 à 1994 et la revue Economie et Politique. Marxiste et keynésien, il est un des principaux auteurs du Programme Commun de la Gauche. La section économique est un foyer de recherche qui, notamment avec l’apport du théoricien Paul Boccara, analyse la crise du capitalisme monopoliste d’Etat dès 1971. Elle formule des propositions de politique économique et de régulation des marchés, et fait appel à la participation des salariés dans les entreprises avec de nouveaux critères de gestion.

Membre de la Commission nationale de planification de 1982 à 1988 et du Conseil économique et social de 1984 à 1989, il publie notamment "L’économie à bras le corps" (1982, 1984) et "La France peut se ressaisir" en 1987 (Editions Sociales). Dans les entreprises et dans les régions, il intervient dans les processus de restructurations avec des propositions alternatives et préconise des réformes de structures.

Favorable à l’eurocommunisme, il prend position pour la Communauté européenne, et invite à la construire autrement. Il est tête de liste du PCF aux élections européennes de 1989. Son désaccord avec ce parti s’aggravant, il le quitte en 1996.

Député européen de 1989 à 1999, puis de 2000 à 2004 (groupe de la Gauche Unitaire Européenne), il a été président de la commission des Relations économiques extérieures, vice-président de la commission économique et monétaire, et vice-président de la Délégation Europe/Etats-Unis. Ses rapports les plus importants ont porté sur "la participation des citoyens et des acteurs sociaux au système institutionnel", sur "les services d’intérêt général". Il investit tous les dossiers industriels, financiers, et relatifs au commerce extérieur. En 1998, le ministre français des Affaires européennes lui confie une mission sur la construction des relations sociales européennes après l’euro. De 1997 à 2008, il est membre du Conseil d’analyse économique auprès du Premier ministre.

Sa recherche sur la crise de la démocratie représentative et l’invention d’une démocratie participative se traduit par des publications comme « La société au pouvoir » (Julliard, 1994) et "Reconstruire un pouvoir politique - gouverner en partenaires" (La Découverte, 1997). Ses chroniques au Figaro dans la rubrique Economie (1999-2005) ont été très appréciées. Puis ce sont des livres sur la construction européenne, notamment "L’Europe après l’Europe" (De Boeck, 2002), "Le bonheur du voyage" (Le Manuscrit, 2006), "Une tâche infinie - fragments d’un projet politique européen" (DDB/Le Rocher, 2010), « Europe, réveille-toi ! » (Le Manuscrit, 2013).

En décembre 1991, il a fondé l’association Confrontations aux côtés de Michel Rocard, Jean Peyrelevade, J.-C. Le Duigou et J.-P. Brard, et en a pris la présidence. Pluraliste et indépendante, c’est un réseau d’acteurs d’entreprises et de collectivités, publics et privés, qui partagent leurs analyses, leurs expériences, et élaborent des positions en commun pour les réformes en France et en Europe. L’association réunit des hommes et des femmes de sensibilités et expériences diverses, par-delà les oui et les non au Traité de Maastricht. Devenue Confrontations Europe, elle propose de « former société en Europe ». Elle s’investit pour la réconciliation dans les Balkans, elle fait un tour d’Europe dans le contexte du projet de Constitution. Etablie à Paris et à Bruxelles, elle a des correspondants dans de nombreux pays. Sous l’impulsion de Claude Fischer, présidente de 2009 à 2014, elle est pleinement devenue un foyer d’initiatives estimé et reconnu, très actif dans les institutions européennes. Interface entre la société civile, les entreprises et l’Europe, l’association contribue à former des acteurs européens et à forger une nouvelle perspective pour l’Union. Philippe Herzog et Claude Fischer ont été directeurs de la publication "Confrontations Europe la Revue". L’un et l’autre sont aujourd’hui président honoraires de Confrontations Europe.

Lorsque la crise a éclaté en 2008, l’association s’est particulièrement engagée dans trois chantiers prioritaires : l’emploi et la formation, la stratégie industrielle, et l’investissement de long terme. Elle développe ses partenariats avec Astrid en Italie, Bertelsmann en Allemagne. Elle crée un groupe Crise et mobilise ses dix autres groupes de travail.

En janvier 2007 Philippe Herzog a proposé un « Nouvel Acte unique » pour faire du marché européen le socle d’une nouvelle croissance. Une proposition qui a séduit, de sorte que, de 2009 à 2014, il est conseiller spécial auprès de Michel Barnier, commissaire européen au marché intérieur et aux services. Outre la conception de l’ « Acte pour le marché unique », il propose une stratégie industrielle fondée sur la coopération. Aux côtés du Club des investisseurs de long terme et dans ses fonctions de conseiller spécial, il intervient sur les enjeux du financement de l’économie et contribue à la rédaction du Livre vert de la Commission en 2013. Il rédige une « Contribution pour une stratégie européenne de l’investissement » et anime les « Assises du long terme » en décembre 2014, saluée par les participants comme une contribution exceptionnelle dans cette perspective.

Depuis 2014 Philippe Herzog développe ses recherches sur l'identité de l'Europe et la refondation de son projet politique. Il a publié "Identité et valeurs : quel combat ?" et un essai pour le King's College de Londres pour contribuer à la campagne du "remain" avant le referendum de 2016.

Parmi ses nombreuses collaborations, Philippe Herzog a été notamment membre de la commission Pébereau sur la dette publique, du Conseil d’orientation stratégique de la RATP, du Conseil d’administration de l’Institut pour l’éducation financière du public, dont il a été le premier président en 2006, et du Club Vauban animé par Antoine Veil. Président honoraire de Confrontations Europe, il est aussi membre du Conseil d’administration de l’association Recherches Mimétiques qui prolonge les travaux de René Girard, et de l'association UP for Humanness.

Philippe Herzog est décoré des Palmes académiques, de l’Ordre National du Mérite et de la Légion d’Honneur.

ASCPE - 4 rue Froidevaux - 75014 PARIS. Tel : +33 (0)1 43 21 96 04

Philippe HERZOG : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

CONFRONTATIONS EUROPE 227 bd St-Germain 75007 Paris. Tél : 33.(0)1.43.17.32.83

Bruxelles : 19/21 rue du Luxembourg - B1000 BRUXELLES, Belgique. Tel : +32 (0)2 213 62 70